LA CENTRALE PHOTOVOLTAIQUE

 

Retour sur la genèse de la centrale Photovoltaïque

Cette réalisation trouve son origine en 2009 sous l’influence de Monsieur Christian Bailly alors maire-adjoint dans le conseil municipal.

Une étude de faisabilité sera conduite par le SYANE, mais l’idée en restera là.

En 2016, il faut répondre à l’urgence climatique, et la majorité municipale alors en place, remet le projet au premier plan. 

Ayant été une décharge ce terrain est impropre à toute construction (ou autre utilisation). Les rejets sont surveillés en continu, afin de préserver les eaux souterraines. Cependant il reste tout à fait bien placé et dispose de la capacité à supporter une centrale photovoltaïque « hors sol ». 

Ce projet a été relancé à la condition d’utiliser une partie de l’énergie produite localement et de privilégier les petites entreprises ou commerçants en leur permettant d’acheter un Kilowatt 100% vert moins cher (avec une évolution maîtrisée), afin de se mettre au niveau des entreprises importantes qui ont des volumes suffisants pour négocier leur approvisionnement. Malgré la complexité d’un projet aussi innovant, les Elus et Techniciens engagés ont porté ce magnifique projet à terme. 

La formule retenue, de type Public-Privé, a pu être mise en place avec l’aide de partenaires référencés, allant même jusqu’à servir d’unité pilote dans un programme inter-universitaire européen (Interreg) pour la mise en place de la boucle locale. 

Il convient néanmoins de relever un élément dans la mise en place de ce projet. En effet, la surprise fut de taille lorsque Jeannie Tremblay-Guettet, alors conseillère, vota contre ce projet, avançant des explications pour le moins très surprenantes et sans cohérence pour une adhérente au parti écologiste EELV.

Devenue aujourd’hui maire-adjointe en charge de l’Environnement, elle semble taire l’origine du projet totalement développé par la précédente majorité municipale, tout en le portant comme si elle en était l’auteure. A l’évidence, elle n’a pleinement saisi ni la position de la commune comme initiateur de solution verte, ni mêmes les vertus de la boucle locale.

Il semble nécessaire que la boucle locale soit effective. Il s’agit là de la vision d’un développement du territoire qui concilie écologie et développement économique durable. Nous devons aux petites entreprises et à nos commerçants, non seulement des emplois mais l’animation des centres bourgs, auxquels les jeunes ménages sont sensibles pour s’installer. Devrons-nous tous aller travailler demain à Annecy ou à Genève ?! 

Si Jeannie Tremblay-Guettet n’a pas été la seule opposante à cette centrale parmi les responsables politiques locaux, il faut saluer les élus experts du précédent mandat, et plus particulièrement Messieurs Christian Bailly maire-adjoint, Laurent Riquier maire-adjoint, ingénieur des sciences de l’Environnement ainsi que le travail considérable de structuration des dossiers accompli par le Directeur Général des Services en place lors de la précédente mandature, Monsieur Philippe Serre et par  l’ensemble du service technique de la commune.